Code Salamandre

Publié en Octobre 2011 aux Editions Belfond,  Code Salamandre est le troisième roman de Samuel Delage.

Quatrième de couverture:

Yvan  Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, met fortuitement la main sur un itinéraire crypté conduisant à un dépôt royal. Il se lance alors, en compagnie de Marion, une jeune étudiante à la Sorbonne, dans la résolution d’une énigme qui leur fera encourir les plus grands périls. Un jeu de pistes érudit qui se transforme en périple hallucinant, où l’horreur le dispute au merveilleux.

Lorsque son professeur de l’Ecole du Louvre décède, Yvan Sauvage se retrouve légataire d’un secret prodigieux: le vieil homme était sur le point de déchiffrer un code menant à l’un des trésors les mieux gardés du règne de François Ier. Yvan n’a alors de cesse de résoudre l’énigme. Marion entre dans son jeu, et le duo se lance avec une énergie farouche dans le décryptage des messages codés que recèlent les châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de l’époque, dont Léonard de Vinci. Puis ils explorent des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé. 

Tout à leur quête, les deux jeunes gens sont inconscients du danger qui les guette, tandis qu’un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d’un mystérieux commanditaire. La recherche érudite et la résolution du code Salamandre pourraient bien déclencher une traque sanguinaire…

Ce que j’en pense:

L’auteur nous entraîne rapidement dans le décryptage du Code Salamandre. On se retrouve très vite happé par cette quête, menée à un rythme soutenu. On trépigne d’impatience dans l’avancée du projet tout en tremblant pour la sécurité des protagonistes. On se laisse emporter, tournant les pages inconsciemment, jusqu’à une fin qui arrive trop vite. Mais rien de négatif dans ce propos, bien au contraire! J’ai eu du mal à lâcher ce livre avant le final, bien qu’ayant tout un tas de questions! En effet, pour une non-initiée comme moi, certains détails, comme le carré de Polybe par exemple, étaient des mystères. J’ai remédié à toutes mes lacunes une fois le roman refermé, mais j’ai un peu regretté le peu d’explication de l’auteur. Je reconnais que cela aurait sûrement cassé le rythme voulu par l’écrivain. Mais pour une curieuse (et avec de grandes lacunes?) comme moi, ne pas chercher à approfondir certaines choses est impossible. Il s’agit juste de mon fonctionnement personnel, qui ne remet absolument pas en cause la qualité de ce roman que j’ai trouvé haletant et intéressant (pour le côté Histoire de France et codes cachés). Evidemment, cela rappelle le « Da Vinci Code » de Dan Brown, mais personnellement je préfère « Code Salamandre » parce qu’il touche à notre patrimoine. Comment ça? Chauvine , moi? D’accord j’avoue!

Code Salamandre

Samuel Delage

Editions Belfond

Octobre 2011

305 pages.