Gallica, l’intégrale ( Henri Loevenbruck)

Faisant suite à la trilogie de La Moïra, Gallica a pour personnage central Bohem, fils d’Aléa, personnage principal de La Moïra. La trilogie Gallica a été publiée de 2004 à 2005 chez Bragelonne, sous les titres suivants:

– Gallica tome 1: Le Louvetier

– Gallica tome 2: La voix des Brumes

– Gallica tome 3: Les Enfants de la Veuve.

Les trois titres furent regroupés en un seul volume en 2008 (Bragelonne).

Gallica l'intégrale Henri Loevenbruck Bragelonne 2012

Gallica l’intégrale
Henri Loevenbruck
Bragelonne 2012

Quatrième de couverture:

1154: imaginez une France de légende, nommée Gallica…

Dans le comté de Tolsanne, on raconte que, pendant la nuit de la Saint-Jean, un jeune homme marcha dans les flammes pour sauver un loup du bûcher. Son nom était Bohem, le fils du louvetier.

Quatre ans plus tard, son village et sa famille sont massacrés par de mystérieux guerriers. Terrorisé, il s’enfuit, traqué par des forces sanguinaires dont il ne sait rien. Il doit échapper au roi de Gallica, à la Milice du Christ, et à un ennemi inconnu qui semble tout savoir de ses origines: le Sauvage. En chemin, il rencontre les Compagnons du Devoir, dont l’étonnante fraternité lui vient en aide. Face au danger, Bohem s’efforce de comprendre pourquoi on le pourchasse et découvre sa surprenante affinité avec les Brumes, ces créatures légendaires, ces loups que les hommes exterminent, et auxquels est lié son destin.

Ce que j’en pense:

J’avais découvert Henri Loevenbruck grâce à L’Apothicaire. Alors quand j’ai vu ce pavé chez mon libraire, que j’en ai lu la quatrième de couverture et que mon libraire m’a dit « ça va vous plaire » (il commence à me connaître! ^^), je n’ai pas hésité longtemps et je suis repartie chez moi toute contente!

On pourrait presque parler ici d’uchronie. L’auteur a modifié les noms des villes et de certains personnages, et pourtant, on reconnait la France d’alors. La duchesse Hélène de Quienne est tout simplement Aliénor d’Aquitaine (appelée aussi Éléonore de Guyenne). Chrétien de Troyes est présent et est même le personnage principal d’un petit récit à la fin de l’intégrale.

La France en 1154

La France en 1154

Bien que certains aspects du roman rappellent vraiment trop les « standards » du roman Fantasy (héros orphelin, quête d’apprentissage), la plume de Henri Loevenbruck nous transporte dans un Moyen Âge fantastique, où les bayards, chimères, licornes et autres créatures légendaires ne sont pas que des décors sur des tapisseries. Au gré des déplacements de Bohem, on découvre les Compagnons du Devoir, les Bonshommes du Comté de Tolsanne, la cour de la duchesse de Quienne, on « écoute » des poèmes traditionnels des troubadours, on craint la magie et son pouvoir. L’auteur arrive à nous mettre en totale immersion dans ce Moyen Âge de fiction pourtant dur avec ses guerres, ses conditions de vie difficiles et ses chasses à l’hérétique.

Je dois dire que ce sont plutôt les personnages secondaires qui m’ont le plus plu, et en particulier Mjolln et Hélène de Quienne. Le premier pour sa fidélité sans faille, la seconde pour sa force de caractère et son côté « rebelle » pour une femme de son rang et de son époque.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, qui permet de faire passer un message de façon très claire: grâce à l’entraide et à la tolérance, le monde peut changer. En mieux.

Il ne me reste plus qu’à me procurer la Moïra, même si cette lecture de Gallica a levé le voile sur certains détails.

Titre: Gallica l’intégrale

Auteur: Henri Loevenbruck

Première publication: 2004

Édition présentée: Bragelonne 2012

Disponible en numérique

Cette lecture compte pour le challenge « 13 auteurs en 2013 » et le challenge « ABC 2013« , tous deux du forum Club de Lecture.

challenge 13 auteurs 2013challenge abc 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Hitchcock, roman (René Bonnell)

Neuvième roman de René Bonnell, il est publié en 2013 chez Hermann éditeurs.

Hitchcock, roman. René Bonnell. 2013 Hermann éditeurs

Hitchcock, roman.
René Bonnell.
2013
Hermann éditeurs

Quatrième de couverture:

Il ferma les yeux pour suivre Carol en plan serré durant tout le parcours qui la conduisait jusqu’à son antichambre: signe amical de l’hôtesse d’accueil, sourire forcé face à Suzanne qui ferait traîner le moment de l’accès au saint des saints. Carol aurait droit à la plus inconfortable des chaises. S’ensuivrait un champ-contrechamp de regards sans aménité entre les deux femmes. L’une faisant mine d’être trop occupée pour avertir Monsieur Hitchcock de l’arrivée de la dénommée Carol Greenwood, l’autre se gardant de tout signe d’impatience. Dans son antre, le potentat était fier de sa mise en scène. Deux femelles s’affrontaient pour lui, chacune dans le rôle qu’il leur avait attribué, selon une partition qu’il avait écrite. Il ne concédait rien au hasard, surtout quand son plaisir était en jeu.

L’histoire, ici racontée, n’est pas vraie, mais elle se nourrit d’éléments authentiques qui auraient pu conduire Hitchcock à la vivre. À l’orée de ses quatre-vingts ans, le réalisateur s’efforce de conquérir une jeune femme venue lui rendre visite à Los Angeles. Rongé par la culpabilité, il cherche à renouveler avec elle l’expérience, pourtant traumatisante, entreprise avec Tippi Hedren quinze ans plus tôt.

Ce que j’en pense: 

Alfred Hitchcock est une figure incontournable du cinéma. Ayant vu « Les Oiseaux »  et « Fenêtre sur cour« , ce roman était l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce réalisateur. Mais attention, il ne s’agit pas d’un livre sur le cinéma! Ici, René Bonnell fait passer l’homme de l’ombre au premier plan de cette fiction. En effet, le rôle principal est tenu par Hitchcock dont on découvre la face cachée: un homme torturé par son éducation et son apparence, névrosé, meurtri dans son corps et dans son rapport avec les femmes. Son intimité ainsi dévoilée, on se fait une autre image de cette personnalité. J’ignorais les rapports qu’il avait eu avec certaines de ses actrices, notamment Tippi Hedren, héroïne de « Pas de printemps pour Marnie » et « Les Oiseaux« . Transposer de tels faits dans une fiction est un exercice ici réussi, bien que le lecteur novice en cinématographie (dont je fais partie) puisse parfois être un peu perdu. Les références au cinéma sont omniprésentes, que ce soit en citant des titres de film d’Hitchcock ou lorsque l’auteur décrit une scène du point de vue du réalisateur comme si celui-ci était en train de tenir une caméra.

René Bonnell nous fait redécouvrir grâce à ce roman le maître du suspense de façon intime. Monsieur Hitchcock sort de l’ombre et nous découvrons le côté sombre de sa personnalité. À découvrir, même si l’on n’est pas un grand cinéphile.

 

Merci à Miss Alfie pour la découverte! Voici ce qu’elle en a pensé =>ici.

hitchcock

Titre: Hitchcock, roman

Auteur: René Bonnell

Date de parution: 2013

Éditeur: Hermann éditeurs, collection Vert Paradis

Disponible ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dress code et petits secrets (Marianne Levy)

Dress code et petits secrets est le premier roman de Marianne Levy.

Dress code et petits secrets de Marianne Levy. 2013

Dress code et petits secrets de Marianne Levy. 2013

Présentation de l’auteure:

À New York, il y a Chelsea. À Londres, Notting Hill. Et à Paris, Saint-Germain-des-Prés. Le repère des fashionistas. Quelques kilomètres carrés où personne ne plaisante lorsqu’il est question de style. Changer de robe, pour changer de vie… Capucine et Karine croyaient dur comme fer en cette formule magique. Elles décident donc de créer Chic, blogueuse star et icône du style parisien. Rapidement, leur créature numérique devient un gourou de la mode du web à la télé. Un succès fulgurant qui va transformer la vie des deux amies en cauchemar. Surtout quand un journaliste, cousin germain du prince charmant, menace de dénoncer leur imposture… Elles vont alors tenter de survivre dans le 6ème arrondissement.

 

Ce que j’en pense:

Il s’agit d’une comédie romantique légère, avec un texte assez court (comme c’est un format numérique, difficile d’être précise!), qui colle parfaitement au standard du genre: une femme qui s’ennuie avec son mari, et qui tombe amoureuse d’un parfait inconnu. Suivent des péripéties drôles, parfois un peu too much, dans le monde du luxe et de la télévision.

Pour les amatrices de chick-lit, voici un petit roman sympathique. Pour ma part, n’ayant pas l’habitude de ce genre de lecture, j’ai trouvé ce portrait des hautes sphères sociales agréable, drôle et parfois même caricatural, mais pas dans le côté négatif du terme. A mon goût, les coulisses de la télévision manquaient de détails, j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas assez « fouillés », et j’avoue que le prénom du bel inconnu m’a vraiment gênée. Je tiens à rassurer les lecteurs et l’auteure, tout cela ne m’a pas empêché de finir ma lecture avec plaisir. Et j’ai particulièrement apprécié la personnalité forte de Karine.

Si vous voulez une lecture drôle avec un zeste de romance, vous pouvez télécharger ce roman au format Kindle mais aussi au format Kobo!

Un grand merci à Marianne Levy ( que vous pouvez suivre sur Twitter, ainsi que sur le blog du roman) ainsi qu’au blog Bookinity et son opération Rentrée Littéraire OFF.

rentrée off

Cette lecture compte pour le challenge ABC du Club de Lecture

challenge abc 2013