Fascination

Fascination est le premier volet de la saga Twilight. Publié en 2005, il s’adresse à un public jeunesse.

Quatrième de couverture: Bella, dix-sept ans, décide de quitter l’Arizona ensoleillé où elle vivait avec sa mère, pour s’installer avec son père. Elle croit renoncer à tout ce qu’elle aime, certaine qu’elle ne s’habituera jamais ni à la pluie ni à Forks où l’anonymat est interdit. Mais elle rencontre Edward, lycéen de son âge, d’une beauté inquiétante. Quels mystères et quels dangers cache cet être insaisissable, aux humeurs si changeantes? A la fois attirant et hors d’atteinte, Edward Cullen n’est pas humain. Il est plus que ça. Bella en est certaine.

Je ne me suis plongée dans cette saga que par curiosité, cherchant une réponse à l’engouement que cette histoire suscite partout dans le monde.

Donc, après avoir fait l’erreur de regarder le film en premier lieu (je ne le fais jamais d’habitude, et je ne le ferai jamais plus!!!), je me suis lancée dans le roman.

L’histoire, écrite à la première personne, ressemble  au journal intime d’une adolescente qui nous dévoile son mal être d’ado fraîchement débarquée dans une petite ville où tout le monde se connait et où il lui est impossible de ne pas susciter la curiosité de ses camarades de classe (chouette! De la chair fraîche!!). Alors évidemment, quand un de ces jeunes ne se comporte pas comme les autres et semble l’éviter, sa curiosité est éveillée. Commence alors un jeu du chat et de la souris entre Bella et Edward, vampire de son état, attiré bien malgré lui par sa voisine de paillasse en sciences. Et l’amour naît.

Cet amour très prude crée un anachronisme intéressant avec l’époque où se situe l’action, mais colle parfaitement au personnage « vieillot » d’Edward ( et ouais, faut pas oublier qu’il a été transformé au début du XXème siècle!!). Et puis, ça fait du bien! En effet, de nos jours, pour les ados de cet âge, c’est sexe, alcool et plus si affinités. Tenter de réconcilier l’adolescence avec les valeurs de respect de l’autre, de patience, de tolérance est tout simplement une excellente idée: Merci Madame Meyer!!

Bref, même si j’ai trouvé cela un peu niais ( désolée, j’ai vraiment passé l’âge!…), je serai ravie de le faire découvrir à ma fille le moment venu. Entre les valeurs véhiculées au fil des pages et le registre de langage plutôt soutenu façon début XXème siècle, il s’agit là d’une histoire qui restera intemporelle.

Fascination

Stephenie Meyer

2005

Hachette Livre

524 pages

2 réponses à “Fascination

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s