De fièvre et de sang

De fièvre et de sang a été publié en Mars 2010 aux éditions Le Pré aux Clercs.

Figurant depuis pas mal de temps dans ma Pal, il en est sorti à l’occasion d’une lecture commune organisée sur le forum Club de Lecture.

  

Quatrième de couverture:

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang. Elle sait qu’elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n’est rien en comparaison de la peur panique qui s’est emparée d’elle…

Le commandant Vauvert mène l’enquête en compagnie d’une profileuse albins, Eva Svärta. Personnage excentrique et hors norms, Eva a un véritable sixième sens qui fait d’elle une redoutable traqueuse de l’ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d’un tueur en série qu’ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang. S’agit-il d’une réincarnation, d’un spectre, d’un homme, d’une femme, d’une créature d’un autre monde?

Un thriller oppressant qui entraîne ses lecteurs au-delà de la raison.

Ce que j’en pense:

Ce livre est arrivé dans ma Pal de façon un peu étrange: j’ai constaté que l’auteur aimait Stephen King et avouait avoir été influencé par ces lectures que j’ai sauté le pas.

Dès les premières pages, Sire Cédric nous met dans le bain(!!): nous assistons à la tentative de fuite d’une victime, le tout décrit à travers les yeux horrifiés de la jeune fille paniquée qui sait ce qui l’attend, la mort. Alors forcément, avec une telle entrée en matière, difficile pour moi de décrocher les yeux du livre!

Pour ce qui est des personnages, bien que très différente sous bien des aspects, je me suis sentie assez proche d’Eva Svärta. Celle-ci est albinos et a un passé plutôt sombre, qu’elle tente d’oublier en se donnant à fond  dans son boulot de « profileuse » à Paris. Perçue comme étrange à cause de son physique (les cheveux blancs et les yeux rouges, ça fait peur à certains) et de son look à tendance gothique, elle est pourtant une femme fragile qui vit en se forgeant une carapace pour affronter les atrocités de son travail, chose plutôt difficile, surtout qu’elle a un don d’empathie. Ce qui m’a plu chez elle, c’est son côté plutôt solitaire et déterminée, mais aussi le fait de refuser quelque peu certains signes d’autorité.

Le personnage, qui par contre, m’a donné envie de lui donner des baffes, est le commandant Jean-Luc Deveraux. Il est le stéréotype de tout ce qui est intolérable chez un flic: arrogant, fier, il se prend pour un cow-boy, tellement imbu de lui-même que l’on se demande comment ses chevilles n’explosent pas à force d’enfler!!

Avec des rebondissements tout le long du livre, impossible de s’ennuyer! Le « combat final » m’a fait penser à celui de Duma Key de Stephen King: un truc grandiose!!

Après une telle lecture, je m’en veux d’avoir laisser ce livre pendant des mois à l’abandon!! Et il y a fort à parier que  ce roman ne sera pas le seul de Sire Cédric à prendre place dans ma bibliothèque!

De Fièvre et de sang

Sire Cédric

531 pages

Éditions France Loisirs, avec l’autorisation des Éditions Pré aux Clercs.

Disponible chez votre libraire  mais aussi ici et .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s