La malédiction de l’épouvanteur (L’épouvanteur #2) (Joseph Delaney)

Deuxième tome de la saga. Publié en 2005 sous le titre The Spook’s Curse, en 2006 en France.

La malédiction de l'épouvanteur Joseph Delaney Bayard Jeunesse 2006

La malédiction de l’épouvanteur
Joseph Delaney
Bayard Jeunesse
2006

Deuxième de couverture:

« Voilà six mois que tu es l’apprenti de M. Gregory, me dit maman. Tu as déjà été témoin de bien des événements. À présent, l’obscur t’a remarqué et va tenter de te neutraliser. Tu es en danger, Tom. Toutefois, rappelle-toi ceci: lorsque tu seras un homme, mon fils, ce sera au tour de l’obscur d’avoir peur, car tu ne seras plus la proie, tu seras le chasseur. C’est pour cela que je t’ai donné la vie. »

L’Épouvanteur et son apprenti, Thomas Ward, se sont rendus à Priestown pour y achever un travail. Dans les profondeurs de la cathédrale est tapie une créature que l’Épouvanteur n’a jamais réussi à vaincre. On l’appelle le Fléau.

Tandis que Thomas et M. Gregory se préparent à mener la bataille de leur vie, il devient évident que le Fléau n’est pas leur seul ennemi. L’Inquisiteur est arrivé à Priestown. Il arpente le pays à la recherche de tous ceux qui ont affaire aux forces de l’obscur! Thomas et son maître survivront-ils à l’horreur qui s’annonce?

Ce que j’en pense:

Thomas Ward, l’apprenti, fait ses preuves et découvre que son maître n’est pas invincible: les voici tous deux sur les traces d’une créature qui a tenu l’Épouvanteur en échec. Et la menace ne se trouve pas uniquement dans les souterrains sombres et humides de Priestown: l’Inquisiteur est là également, espérant mettre la main sur Tom et son maître, afin de les condamner au bûcher. Il tient d’ailleurs Alice, l’amie sorcière du jeune homme…

Dans ce tome, nous découvrons un peu plus de détails de la vie de l’Épouvanteur, nous faisons connaissance avec sa famille (ou ce qu’il en reste) et tout comme Tom, nous le voyons tel qu’il est vraiment: ce n’est qu’un homme, loin d’être sans faille!

Nous en apprenons un peu plus sur la mère de l’apprenti (j’avais déjà deviné à la lecture du premier tome…) grâce au récit que le père fait à son fils de sa rencontre avec sa mère. D’ailleurs, lors de son passage chez ses parents, Tom ne repart pas les mains vides: sa mère lui donne un objet qui lui sera essentiel pour son métier d’Épouvanteur.

Certaines scènes restent déconseillées à certains enfants, notamment celle décrivant ce qu’il arrive aux êtres qui se refusent au Fléau.. Brrr! Mais cela reste une lecture agréable, bien que que destinée à la jeunesse! J’ai eu plaisir de découvrir un nouveau méchant sous les traits de l’Inquisiteur. Cela rend la chance aux sorcières d’autant plus crédible. Les aventures de Tom Ward et de son maître sont sympathiques et voilà encore un roman que j’ai lu en peu de temps, même si je commence à m’interroger quant au reste de la série: l’auteur va-t-il parvenir à se renouveler pour chaque volume?

 

la malédiction de l'épouvanteur

Titre: La malédiction de l’épouvanteur (The Spook’ s Curse)

Auteur: Joseph Delaney

Première publication: 2005 (2006 pour la France)

Édition présentée: Bayard Jeunesse, 2006

Traduit de l’anglais par Marie-Hélène Delval

ISBN: 9782747017220
Rendez-vous sur Hellocoton !

Le cerveau de Kennedy (Henning Mankell)

Henning Mankell est un écrivain suédois né à Stockholm en 1948. Le cerveau de Kennedy est sa seizième publication pour adulte.

Le cerveau de Kennedy Henning Mankell Seuil (Janvier 2009)

Le cerveau de Kennedy
Henning Mankell
Seuil (Janvier 2009)

Quatrième de couverture:

Automne 2004. Louise Cantor quitte son chantier de fouilles du Péloponnèse pour rentrer en Suède. Impatiente de revoir son fils, elle le trouve mort dans son appartement de Stockholm.

Qui a tué Henrik? Pas un instant Louise ne veut croire que son fils unique se soit suicidé. Avec l’énergie du désespoir et une obstination d’archéologue, elle va tenter de reconstituer fragment par fragment les dernières années d’une vie brutalement interrompue. Secondée par Aron, le père d’Henrik qu’elle a déniché au fin fond de l’Australlie, Louise découvre que son fils avait une vie secrète, émaillée d’inquiétantes zones d’ombre.

Pourquoi Henrik s’intéressait-il tant au cerveau du président Kennedy, disparu lors de l’autopsie? Pourquoi avait-il un appartement clandestin à Barcelone? D’où provenait les grosses sommes d’argent dont il disposait? Que faisait-il au Mozambique dans un mouroir pour malades atteints du sida?

Quand Aron disparaît brutalement sans laisser de traces, Louise comprend qu’elle est aux prises avec des forces occultes qui la dépassent. Au bord du gouffre mais plus déterminée que jamais, ses pas la conduisent au coeur de l’Afrique. Une vérité effroyable l’y attend.

 À travers ce récit palpitant et lucide, Henning Mankell exprime sa colère contre le cynisme du monde occidental face au lent naufrage d’un continent rongé par le sida.

Ce que j’en pense:

J’ai été assez surprise par ce roman. En effet, j’ai vu par-ci par-là que Mankell était auteur de polar. Et bien, il n’écrit pas que du polar! La preuve! Ici, il s’agit plus d’un constat. L’Afrique est malade et se meurt du sida dans l’indifférence générale et certains semblent même profiter de cette misère pour faire des profits de façon pas très nette. Se servant du chagrin d’une mère en quête de vérité concernant son fils décédé, Henning Mankell nous plonge dans l’envers du décor, nous montre le côté obscur de certains organismes dédiés à l’aide aux malades. C’est un récit qui met mal à l’aise, qui pose tout un tas de questions sans donner de réponses. L’auteur nous démontre également que nos proches peuvent en fait être de parfaits étrangers dont on ignore tout. C’est un roman assez dérangeant décrivant crûment et sans détour des mouroirs de fortune.

On ne ressort pas indifférent d’une telle lecture. M’attendant à un polar, j’ai été déçue, mais toute la réflexion  que donne se récit est intéressante et effrayante à la fois. En effet, comment ne pas être horrifiée en constatant qu’au XXIème siècle, il existe encore un trafic d’êtres humains? Pourquoi laisse-t-on faire? Est-ce le cas uniquement en Afrique? Qui sont les personnes derrière tout cela? Bref, un constat vraiment alarmant sur notre société.

le cerveau de kennedy

Titre: Le cerveau de Kennedy (Kennedys hjärna)

Auteur: Henning Mankell

Première publication: 2005

Édition présentée: Seuil, Janvier 2009.

Traduit du suédois par Rémi Cassaigne

Rendez-vous sur Hellocoton !