Shâb ou la nuit (Cécile Ladjali)

Publié en Mars 2013, il s’agit d’un roman autobiographique. Je tiens à remercier EntréeLivre qui m’a permis de découvrir cet ouvrage poignant lors d’une opération « Jeudis critiques ».

Shâb ou la nuit Cécile Ladjali Actes Sud Mars 2013

Shâb ou la nuit
Cécile Ladjali
Actes Sud
Mars 2013

 

Quatrième de couverture:

Très tôt on m’expliqua que j’étais née dans une grande maison en Suisse. Qu’il y avait des enfants qui naissaient dans les ventres et d’autres dans les grandes maisons. Je tirai de cette vérité originelle me concernant une sorte d’orgueil tout aristocratique. Les grandes maisons c’était quand même beaucoup mieux que les gros ventres sales et mous en lesquels certains bébés avaient la malchance de croître. Et puis la  Suisse restait un territoire idéal, pas vraiment terrestre, recouvert d’une neige tiède comme du lait. Une sorte de lieu intermédiaire, situé au seuil de la vie, où la nuit n’était qu’une fente ouverte sur le jour au sein duquel, un matin, la peur nous expulsait.

 

Ce que j’en pense:

Ainsi commence le récit de Cécile Ladjali. Enfant adoptée, elle grandit dans un foyer aimant mais dans lequel les silences et les non-dits ont une place importante. Avec son visage mat, ses cheveux noirs et son nom de famille kabyle « qui ne sonne pas français »,  elle a du mal à se construire, d’autant qu’elle ne sait rien ou presque de sa mère biologique, mis à part qu’elle est iranienne.

C’est un texte fort par sa justesse et son honnêteté. Ici pas d’apitoiement, l’auteure nous dévoile son passé et ses origines de façon non déguisés, de manière assez brutale parfois, comme elle l’a elle-même découvert. C’est en effet lorsqu’elle deviendra mère à son tour qu’elle découvrira qu’avant de se prénommer Cécile (comme la Sainte aveugle), elle s’appelait Roshan qui signifie « lumière » en perse. De là va s’imposer à elle une quête d’identité, une recherche de ce qui dépend de l’inné et de l’acquis.

Elle nous montre également son parcours atypique: alors que chez elle, tout n’est que silence et parole retenue concernant ses origines afin de ne pas s’attirer les foudres d’un père violent bien qu’aimant car ne sachant pas comment dire les choses, ce sont pourtant les mots qui vont lui permettre de se construire pour aborder la vie d’adulte et de se reconstruire face aux révélations de ses origines.

Shâb ou la nuit est un roman autobiographique dévoilant les difficultés diverses de l’adoption, perçues par les adoptants et les adoptés, et nous montrant également le pouvoir constructif des mots et celui plutôt destructeur du silence.

 

Shâb ou la nuit

Titre: Shâb ou la nuit

Auteur: Cécile Ladjali

Première parution: Mars 2013

Éditeur: Actes Sud

Format: broché

Disponible en numérique.

 

Cette lecture compte pour le challenge « Autour du monde » du forum Plume Libre

challenge autour du monde 2013 plume libre

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités