L’Aleph (Jorge Luis Borges)

L’Aleph est un recueil de nouvelles écrites et publiées entre 1944 et 1952 par l’argentin Jorge Luis Borges. Le recueil regroupant ces nouvelles a été publié en 1962. Il faudra attendre 1967 pour la publication en France chez Gallimard. L’Aleph est le titre de la dernière nouvelle.

L’Aleph Jorge Luis Borges Gallimard – L’Imaginaire Novembre 1977

Présentation de l’éditeur:

«L’Aleph restera, je crois, comme le recueil de la maturité de Borges conteur. Ses récits précédents, le plus souvent, n’ont ni intrigue ni personnages. Ce sont des exposés quasi axiomatiques d’une situation abstraite qui, poussée à l’extrême en tout sens concevable, se révèle vertigineuse.
Les nouvelles de L’Aleph sont moins roides, plus concrètes. Certaines touchent au roman policier, sans d’ailleurs en être plus humaines. Toutes comportent l’élément de symétrie fondamentale, où j’aperçois pour ma part le ressort ultime de l’art de Borges. Ainsi, dans L’Immortel : s’il existe quelque part une source dont l’eau procure l’immortalité, il en est nécessairement ailleurs une autre qui la reprend. Et ainsi de suite…
Borges : inventeur du conte métaphysique. Je retournerai volontiers en sa faveur la définition qu’il a proposée de la théologie : une variété de la littérature fantastique. Ses contes, qui sont aussi des démonstrations, constituent aussi bien une problématique anxieuse des impasses de la théologie.»
Roger Caillois.

Ce que j’en pense: 

Je ne connaissais Jorge Luis Borges que de nom. Me plonger dans son univers fut une agréable et enrichissante expérience. Les thèmes abordés dans ce recueil tels que la mort et l’immortalité, la religion, l’Antiquité, les labyrinthes, l’infini (notamment dans la dernière nouvelle L’Aleph) sont traités avec tellement de profondeur et de poésie que cela m’a donné envie d’approfondir mes connaissances (bien maigres…) sur l’Antiquité grecque et latine, ainsi que sur les mythologies. L’Orient est également présent dans certaines des nouvelles de ce recueil.

Borges emploie souvent la première personne dans ces récits, rendant l’histoire plus proche du lecteur, nous envoûtant, jusqu’à la fin, parfois brutale.

Liées entre elles par leurs thèmes qui se complètent (mort, infini, immortalité, religion, labyrinthe), elles ont pourtant chacune leur univers et leurs personnages.

Des nouvelles parfois difficiles à comprendre car certaines de leurs références nécessitent une érudition assez élevée (que je n’ai pas, je ne vous le cache pas!) et il m’a fallu pour certaines faire des recherches  pour tenter de comprendre où l’auteur voulait en venir. L’impression que ces textes s’adressaient plutôt à une élite m’a parfois freinée dans ma lecture. La lecture doit, bien sûr, amener à la réflexion, il ne suffit pas d’avaler des mots comme on ingurgite des images devant sa télé. Mais ici, j’avoue ne pas avoir toutes les cartes en main pour apprécier à leur juste valeur ses écrits.

Titre: L’Aleph (El Aleph)

Auteur: Jorge Luis Borges

Première Publication: 1962 (pour le recueil) – (de 1944 à 1952 pour les nouvelles prises séparément)

Édition présentée: Gallimard Novembre 1977, collection L’Imaginaire

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Callois et René L-F. Durand

ISBN: 9782070296668

Cette lecture compte pour le mois Argentin organisé par Denis et Eimelle, ainsi que pour mon challenge Argentine 2014.

mars mois argentine

           challenge argentine 2014
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Nouvelles d’Argentine (S. Bizzio, G. Carranza, R. Piglia, E. Cross, S. Cheijfec)

Nouvelles d’Argentine est un recueil de nouvelles publiées aux éditions Magellan & Cie avec le concours de Courrier International en Novembre 2010. Cet ouvrage appartient à la collection Miniatures.

Nouvelles d'Argentine S. Bizzio, G. Carranza, R. Piglia, E. Cross, S. Chejfec. Magellan et Cie (Novembre 2010) collection Miniatures

Nouvelles d’Argentine
S. Bizzio, G. Carranza, R. Piglia, E. Cross, S. Chejfec.
Magellan et Cie (Novembre 2010)
collection Miniatures

Quatrième de couverture:

S’étirant de la Terre de Feu (et de glace), où s’aventura naguère un certain Magellan, au sud du Brésil, de la Cordillère des Andes à l’océan Atlantique, l’Argentine est ce jeune pays de deux cents ans où survit encore le mythe américain de la terre promise, de la terre d’exil pour de nombreux Européens. C’est le pays des pampas à perte de vue, jusqu’à la Patagonie, des « gauchos », ces fiers gardiens de gigantesques troupeaux, du tango, cette danse nerveuse pratiquée sur les bords du rio de la Plata, le fleuve d’argent, où hommes et femmes se toisent fièvreusement. C’est le siège d’une capitale, Buenos Aires, à l’architecture et à l’atmosphère européennes, comme le fut en son temps New York. De grands écrivains ont surgi de ce pays devenu éminemment littéraire de par son apport au boom latino-américain, jusqu’aux années de plomb de la dictature (1976-1983). Dans ce recueil, au ton tantôt grave tantôt léger, tantôt cru tantôt pudique, une nouvelle génération d’écrivain perpétue, à l’ombre du grand aîné Jorge Luis Borges, et dans la langue de Cervantès importée par les Conquistadors, une histoire littéraire argentin exigeante, originale et forte.

Ce que j’en pense: 

Ce recueil comporte cinq nouvelles que je vais vous présenter séparément. En effet, aucune n’a de lien avec un autre.

La première, Cynisme (Cinismo en VO, traduite par André Gabastou), laisse une impression très forte: elle raconte le rapport à la sexualité d’une enfant hermaphrodite, qui tombe amoureuse d’un adolescent, fils d’amis de ses parents, le temps d’un bref séjour chez elle.  Elle nous est présentée comme une fille, mais est-elle fille ou garçon? On sent tout le long du récit qu’elle se cherche, elle est indécise. Toujours est-il que son langage est cru pour une jeune de 12 ans, tout comme celui d’Alvaro, son compagnon de « jeu », qui épanouit sa sexualité d’une manière que sa mère trouve « étrange ». Et puis il y a les parents. Pour vivre ensemble et se supporter, le whisky et la marijuana semblent de merveilleux remèdes, ou presque. Sergio Bizzio arrive à nous faire ressentir le mal-être de Rocio en si peu de mots! Un beau récit qui a été adapté au cinéma par Lucia Puenzo sous le titre XXY (allez voir la bande annonce ici!).

Le texte de Gonzalo Carranza, Ad Majorem Dei Gloriam (traduit par François Gaudry), nous entraîne dans le monde religieux, où les complots, les mensonges et la culpabilité nous sont exposés. Un récit très court mais percutant.

L’invasion (traduit par François-Michel Durazzo) de Ricardo Piglia se situe dans une cellule de prison. Déjà occupée par deux détenus, cette cellule accueille un nouveau prisonnier… Une vision assez inattendue, mais non moins intéressante, du milieu carcéral.

Le cadeau d’Esther Cross (traduit par Marianne Millon) m’a fait sourire: il revient sur les fêtes de Noël et sur les invités qui n’offrent qu’un cadeau pour deux enfants, ici une poupée. Comment contenter les deux fillettes? Privilégier la plus jeune? Confisquer le cadeau? À vous de le découvrir!

La dernière nouvelle, les malades de Sergio Chejfec (traduit par François Gaudry) m’a paru assez bizarre. Le personnage principal en est une femme qui semble vivre à l’écart de tout contact humain. Elle reçoit un jour un courrier lui donnant pour instructions de se rendre au chevet d’une personne malade. Le récit raconte essentiellement son parcours de chez elle jusqu’à l’hôpital, où elle arrive enfin dans une sorte de mouroir. On arpente les méandres des couloirs de l’hôpital tout en explorant les pensées un peu étrange de cette femme. J’avoue ne pas avoir compris où voulait nous mener l’auteur avec ce récit.

Ce recueil est vraiment un aperçu très hétéroclite des écrits argentins, donnant envie de découvrir ces auteurs, mais aussi d’autres afin de voir tout ce que la littérature argentine peut nous offrir.

Giacomo Balla I Malati

Giacomo Balla
I Malati

nouvelles_d_argentine-medium

Titre: Nouvelles d’Argentine

Auteurs: Sergio Bizzio, Gonzalo Carranza, Ricardo Piglia, Esther Cross, Sergio Chejfec

Édition présentée: Magellan et Cie, Novembre 2010

Traducteurs: André Gabastou, François-Michel Durazzo, Marianne Millon et François Gaudry.

Cette lecture compte pour le challenge Argentine 2014

Challenge Argentine 2014 Évasion et découvertes

Rendez-vous sur Hellocoton !