Croc-Blanc (Jack London)

Publié pour la première fois en 1906, Croc-Blanc rencontra un grand succès dès sa sortie. Il faudra attendre 1923 pour que ce récit de l’américain Jack London soit publié en France.

 

Croc-Blanc Jack London J'ai Lu 1991

Croc-Blanc
Jack London
J’ai Lu 1991

 

Quatrième de couverture:

« Il est clair que sa mère est Kichë. Mais son père était loup. Il y a peu de loup et beaucoup de chien en lui. Blancs sont ses crocs et Croc-Blanc sera son nom. J’ai dit. » Le louveteau, qui venait de recevoir un nom devant le monde, ouvrait de grands yeux. Pendant quelque temps, les animaux humains continuèrent à émettre leurs sons de bouche. Puis, Castor-Gris prit un couteau […] et s’en alla couper un bâton dans les taillis, sous le regard attentif de Croc-Blanc. Il pratiqua des encoches aux deux bouts du bâton et y enfila des lanières de peau, l’une qu’il attacha autour du cou de Kichë et l’autre autour d’un petit sapin. Croc-Blanc suivit sa mère et se coucha près d’elle… »

Ainsi commence pour Croc-Blanc, né sauvage et libre, l’apprentissage de la soumission. Il subira la loi des hommes, jusqu’au jour où, pour l’amour d’un homme, le loup rebelle deviendra fidèle.

 

Ce que j’en pense:

Découvrir comment l’Homme assure sa domination sur l’animal au travers des yeux d’un loup? C’est le pari gagné par Jack London grâce à ce roman. Tout en étant un roman d’apprentissage placé principalement du point de vue de Croc-Blanc, l’auteur nous montre toute la cruauté dont l’Homme peut être capable, juste par profit, pour assurer sa domination. Démontrer qu’employer la force, l’intimidation, la privation n’ont que des effets négatifs sur l’animal, c’est ce qu’a fait ici London (je vous invite d’ailleurs à découvrir ce fait divers qui va dans ce sens: ici). Décrivant la vie animale de manière très fidèle, Jack London rend Croc-Blanc attachant et ce qui lui arrive est parfois très dur. L’environnement où il évolue est déjà impitoyable, le froid, la faim sont inévitables. Alors quand l’Homme s’ajoute à cette liste d’obstacles, difficile de ne pas détester notre propre race.

Un roman intemporel qui peut se résumer ainsi: il n’y a pas de mauvais chien, uniquement des mauvais maîtres.

 

Je vous invite à découvrir  Jack-London.fr, site où vous trouverez des infos sur la biographie de Jack London, un recensement impressionnant des différentes éditions de ses romans.

 

croc blanc

Titre: Croc-Blanc (White Fang)

Auteur: Jack London

Première publication: 1906

Édition présentée: J’ai Lu 1991

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Francis Kerline

ISBN: 2 277 22887 7 (EAN: 9782277228875)

Disponible en numérique et en audio

 

Lecture faite dans le cadre du club de lecture VendrediLecture comptant également pour le challenge ABC

challenge abc 2013Une couleur dans le titre

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Candide ou l’Optimisme (Voltaire)

Publié la première fois en janvier 1759, Candide ou l’optimisme est un conte philosophique dans lequel Voltaire se moque de façon à peine voilée de la théorie de Leibniz selon lequel « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

Candide de Voltaire collection Librio (1995)

Candide de Voltaire
collection Librio (1995)

Quatrième de couverture:

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… C’est bien connu! Depuis Voltaire, grâce à Pangloss, le plus grand des philosophes, la maxime est à la mode. Il n’est que de voir Candide pour d’en persuader.

Pour un baiser échangé avec Cunégonde, fille du baron de Thunder-ten-tronckh, Candide est chassé à coups de pied, confronté aux pires cataclysmes et à la férocité des gens… Voleurs, soldats brutaux, femmes débauchées, inquisiteurs féroces, coquins et vieilles acariâtres se liguent pour le pousser d’aventures en désastres…

Après bien des péripéties, le héros, fatigué, retrouve enfin sa mie, devenue bien laide mais excellente pâtissière, et finira paisiblement ses jours à cultiver son jardin.

Ce que j’en pense:

C’est le genre de classique que je relis de temps en temps pour me donner la pêche! Difficile en effet de ne pas sourire devant cet étalage de dérision et de sarcasme. Chaque chapitre correspond à une mésaventures pour Candide, mais comme il vit « dans le meilleur des mondes possibles », il s’en sort toujours, tel un super-héros. Parce que, on peut le dire, survivre à la guerre, à un tremblement de terre (et pas des moindres…), à deux traversées de l’océan Atlantique (ce n’était pas rien!), à une tribu cannibale et découvrir le fabuleux pays d’Eldorado, c’est assez impressionnant! Et pourtant, ce grand naïf, si on l’avait en face de soi, on le secouerait, on lui donnerait des baffes en lui hurlant: « Réveille-toi! On n’est pas chez les Bisounours! ». Ben oui! Que voulez-vous! Comme Voltaire, je n’adhère pas vraiment à la théorie de Leibniz, et présentée comme Voltaire l’a fait, de façon aussi parodique, cela provoque forcément ce genre de réaction chez moi, même si c’est avec le sourire!

Je ne vous ferez pas ici une analyse de l’oeuvre, ce n’est pas mon but. Mais avec sa légèreté, n’importe qui peut lire cet écrit, même si des évènements tragiques, comme le tremblement de terre de Lisbonne, servent de toile de fond.

Une petite pépite  classique!

Candide de Voltaire collection Librio (1995)

Titre: Candide ou l’Optimisme

Auteur: Voltaire

Première publication: Janvier 1759

Édition lue: J’ai Lu, collection Librio, octobre 1995

Disponible en numérique

Cette lecture compte pour le challenge Autour du Monde 2013  du forum Plume Libre et le challenge ABC 2013 du forum Club de Lecture

challenge autour du monde 2013 plume libre

challenge abc 2013

Rendez-vous sur Hellocoton !