Seuls les poissons de Françoise Kerymer

Merci aux éditions JC Lattès et au forum Club de Lecture de m’avoir permis de découvrir ce roman, qui est un bel hommage à la famille, à l’amitié et à la musique.

seuls les poissons

Tout commence par un sentiment tel que le décrivait Lamartine, « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». On découvre une famille, éclatée et dispersée, suite à la disparition d’un de ses membres. Comment guérir quand on est seul? Une belle leçon de complicité.

Vous trouverez mon avis complet ici.

Partenariat

Cela faisait quelques temps que je voulais tenter d’en décrocher un, mais les titres ne me tentaient pas trop. Alors quand j’ai lu le résumé de celui-ci, j’ai dit « banco »! Inscrite via le forum Club de Lecture, je m’engage donc à le lire et en faire la critique en un mois. Et il est arrivé dans ma boîte aux lettres ce matin. Ce qui me laisse jusqu’au 21 Juin 2013.

Ce n’est pas vraiment le genre de littérature qui m’attire d’habitude, mais au vu de la quatrième de couverture, le titre du roman m’a paru bien énigmatique. Je veux savoir pourquoi un tel titre.

seuls les poissons

Quatrième de couverture:

« Depuis mes seize ans, tous les jours de ma vie, je les ai traversés avec du vernis à ongles. Rouge, crème, transparent, c’était selon, en fonction des modes et des époques. (…) Un de ces deniers matins, je me suis levée avec la certitude que le vernis, c’était fini pour moi. »
Marie se sent seule, inutile et dépassée. Alex, son mari pianiste, est parti en Grèce pour composer, et leurs deux filles vivent leur vie : Elsa, jeune chercheuse en médecine, habite à New York, et Sarah élève seule son enfant depuis la disparition de son compagnon Gabriel. La famille dispersée rencontre la solitude, le doute et cherche son équilibre. Mais lorsque le passé refait brusquement surface dans l’existence d’Elsa, tout bascule. Les événements les projettent les uns vers les autres, troublant leur volonté de se frayer un chemin individuel.
De Paris à New York, de Corfou à la Bretagne, un récit polyphonique en quatre saisons. Deux générations qui se cherchent, partagées entre les impératifs familiaux, leurs propres aspirations et un puissant désir de liberté.

Je remercie d’avance les éditions JC Lattès pour cette confiance, et vais de ce pas commencer ma lecture!